Plus de technologie, plus d’innovations, plus d’émotions – et tout cela au mois de juin : le CeBIT se met au diapason de la « génération Y ». « Nous allons faire du CeBIT la plateforme événementielle leader en Europe et le festival des technologies numériques, de l’innovation numérique et de la conclusion d’affaires de l’économie numérique », a déclaré Oliver Frese, membre du directoire de Deutsche Messe, mercredi à Hanovre. « Nous organisons le CeBIT au mois de juin car cela permet de mettre en scène les technologies avec davantage d’émotions l’été et que nous pouvons ainsi créer une ambiance de campus. » Le prochain CeBIT aura lieu du 11 au 15 juin 2018 à Hanovre autour du toit en bois du parc des expositions de la ville. Le terrain de plein-air au centre va devenir un grand campus numérique.

« Nous transformons entièrement le CeBIT, au rythme du développement de l’économie numérique », a déclaré Oliver Frese. « Le nouveau CeBIT sera plus amusant, surprenant, audacieux, il ouvrira des horizons et sera aussi parfois un peu provocateur. C’est une machine à leads pour les entreprises participantes et il apporte des bénéfices et de la valeur ajoutée à tous ses acteurs. Il mise fortement sur les émotions, se mettant ainsi au diapason de la génération Y qui perce déjà dans l’économie avec de nouvelles idées et en étant consciente de sa valeur. »

L’économie numérique est le moteur de la transformation numérique dans toutes les branches de l’économie. Avec la tendance lourde à la numérisation et la disruption toujours plus rapide, les exigences du secteur vis-à-vis de sa plateforme événementielle centrale évoluent également. « C’est pourquoi le CeBIT va aussi maintenant changer de manière perceptible », a déclaré Oliver Frese.

Le cœur du nouveau CeBIT sera le terrain plein-air au niveau du toit en bois de l’Expo dans le parc des expositions. « C’est là que nous organiserons le d!campus central. Il s’agira d’un lieu de rencontre dédié également aux démonstrations, à la mise en scène en plein-air, à l’échange et à la fête. »

Tout autour du d!campus, les visiteurs trouveront dans les halls les trois futurs éléments du CeBIT. d!conomy fait se rencontrer les cibles et les offres sur tous les thèmes de la numérisation des entreprises et des donneurs d’ordre du secteur public. Les technologies disruptives, la recherche et les start-ups dévoilent leurs visions au New Tech Festival sous la marque d!tec. Le contenu des conférences, ateliers et interventions au pupitre offrira sous l’appellation d!talk un espace de débat et de transmission du savoir sur l’ensemble de la plateforme événementielle.

Le premier jour de la manifestation qui en durera cinq, du 11 au 15 juin 2018, mettra l’accent sur le débat entre les grands décideurs de l’industrie numérique et les responsables politiques. Il sera réservé aux médias et s’achèvera par la Welcome Night. Place ensuite, du mardi au jeudi, aux visiteurs professionnels dans le cadre de d!conomy, d!tec et d!talk. Un grand temps fort de l’événement le 14 juin permettra de jeter une passerelle vers une journée dédiée au public en général et pour laquelle certaines parties du nouveau CeBIT et le d!campus seront ouverts.

« Le CeBIT évolue de plus en plus vers un centre de force animé pour la transformation numérique de l’économie et de la société et fait œuvre de pédagogie sur les technologies et la numérisation auprès d’un large public », a déclaré Oliver Frese.

« Avec les acteurs de l’économie et de la politique, nous entendons susciter l’enthousiasme pour la numérisation, surprendre avec de nouveaux formats, offrir de l’espace pour la controverse et mettre ainsi le CeBIT au diapason des cibles nouvelles et plus jeunes », telle est l’ambition formulée par Oliver Frese pour le nouveau CeBIT.

 

Pour Heiko Meyer, P.D.G. de Hewlett Packard Enterprise Allemagne et président du comité d’exposition du CeBIT :« Le nouveau concept du CeBIT n’est pas un prolongement de ce qui se faisait auparavant, il va surprendre et enthousiasmer. Je trouve que c’est une approche forte de faire maintenant du thème-phare des années précédentes, d!conomy, une marque. Le CeBIT a besoin maintenant de ce genre de signal fort en termes de contenu – et c’est précisément ce que nous créons avec le nouveau concept. Le nouveau rendez-vous de juin offre de nombreuses opportunités de mises en scène réussies des technologies numériques. Le Campus crée aussi d’excellentes conditions préalables pour un festival. »

Pour Martina Koederitz, P.D.G. d’IBM Allemagne :« Le concept du CeBIT 2018 offre des potentiels supplémentaires par rapport au passé. Nous nous réjouissons des nouvelles possibilités qui s’ouvrent. Le rendez-vous de juin en particulier offre de nombreuses approches pour tisser un lien encore plus émotionnel entre technologies, conclusion d’affaires et festival. L’ouverture à un public plus large peut aussi influencer positivement le débat sociétal autour de la transformation numérique ».

Pour Christian Lamprechter, gérant d’Intel Allemagne : « Je ne peux que féliciter Deutsche Messe pour avoir entrepris cette démarche juste et courageuse. Le concept du nouveau CeBIT répond sur mesure aux exigences du marché et du secteur. Cette nouvelle plateforme offre aux exposants l’opportunité de mettre encore davantage en scène les technologies numériques et de rendre leurs applications plus tangibles pour les visiteurs. En tant qu’entreprise technologique leader, nous apprécions de participer à la poursuite du développement du CeBIT et soutenons totalement la réorientation. »

Pour le Dr Hannes Ametsreiter, CEO de Vodafone Allemagne : « Nous devons maintenant poser les jalons dans la bonne direction, le CeBIT doit aussi se positionner avec un profil clair face à la concurrence d’autres plateformes dans le monde. Le nouveau concept satisfait à cette exigence. Il permet d’aborder de nouveaux thèmes et de conclure de nouveaux partenariats. Plus le CeBIT se positionne de manière claire avec ce nouveau concept, plus il assure son avenir. Nous allons soutenir avec plaisir la conception du contenu de ce concept réussi. Une journée ouverte au public donne l’opportunité de faire également œuvre de pédagogie sur la numérisation auprès d’un vaste public ».

Pour Karl-Heinz Streibich, CEO de Software AG : « Il est indispensable de trouver de nouveaux secteurs de croissance sous la marque ombrelle du CeBIT. Le nouveau concept satisfait à cette exigence. En juin, la technologie numérique pourra s’intégrer de manière plus émotionnelle grâce à l’infrastructure à ciel ouvert. Systématique et nécessaire, la coupure claire avec le passé permet un positionnement encore plus clair ».

Pour le Dr Bernard Rohleder, gérant principal du BITKOM : « Le temps d’un changement en profondeur est venu pour le CeBIT, un simple lifting ne suffit plus. Sa plateforme événementielle doit aussi évoluer en suivant l’évolution du secteur. Le nouveau concept offre l’opportunité de marquer encore davantage le contenu du CeBIT pour aller d’une exposition stricto sensu vers le dialogue et le contenu. Le CeBIT doit précisément à l’avenir exploiter sa combinaison unique de contenus forts et d’exposition résolument professionnelle pour s’imposer face à la concurrence d’autres événements. Il peut ainsi servir de point d’orientation, de phare de la transformation numérique et de plateforme pour l’échange entre l’économie, la science et la politique ».

Pour le Dr Daniel Holz, Managing Director de SAP Allemagne : « SAP salue l’approche de réorientation complète du CeBIT. Nous nous réjouissons de ce processus passionnant et avons hâte de voir le résultat de la nouvelle conception. »

Pour Eckhard Schwarzer, vice-président du directoire de Datev eG : « DATEV comprend la démarche du nouveau CeBIT. Je suis sûr que le nouveau concept va avoir du succès. C’est une démarche extrêmement courageuse mais il faut franchir le pas maintenant car je suis persuadé que c’est la seule manière pour le CeBIT de pouvoir développer un avenir positif. Nous allons accompagner positivement cette transformation ».

Pour Helmut Binder, CEO de la société Materna GmbH : « Ce concept fort pour le nouveau CeBIT est la rupture nécessaire avec le passé – une véritable renaissance. Je suis ravi d’aborder nos clients avec ce concept pour leur donner envie de visiter le CeBIT 2018. Il était de plus en plus difficile ces dernières années de convaincre nos clients de se rendre à Hanovre. Le format connu n’était plus suffisamment attractif pour beaucoup. Cela va changer maintenant. Félicitations. »

Pour le Prof. Dr Matthias Jarke, directeur de l’institut Fraunhofer pour les technologies de l’information appliquées : « Je trouve que c’est la démarche idéale de mettre l’accent sur la transformation numérique avec un programme de conférences plus structuré et un caractère de festival davantage marqué. Les opportunités de la numérisation peuvent être davantage transmises pendant la journée consacrée au grand public. Pour les instituts Fraunhofer, c’est surtout cela qui est important quand on songe à la relève scientifique car c’est ainsi qu’on réussira à passionner davantage les jeunes pour CeBIT et ainsi pour les technologies numériques. Nous sommes ravis de contribuer activement à la réorganisation du CeBIT. »